Prasat Hin Phanomwan ปราสาทหินพนมวัน

Après le Prasat Hin Phimai, le Prasat Hin Phanomwan est l’autre vestige khmer majeur de la province de Nakhon Ratchasima, situé à seulement une quinzaine de kilomètres du centre-ville.

S’il est moins vaste et renommé que celui de Phimai, ce temple khmer reste l’un des plus importants de la région nord-est de la Thaïlande (Isan), en compagnie de Phimai donc, du Prasat Hin Phanom Rung (ปราสาทหินพนมรุ้ง), de Muang Tam (เมืองต่ำ), du Prasat Sa Kamphaeng Yai (ปราสาทสระกำแพงใหญ่) et du Prasat Ta Muean Thom (ปราสาทตาเมือนธม).

Le Prasat Hin Phanomwan serait par ailleurs plus ancien que son voisin de Phimai puisque les premières constructions remonteraient entre le VIIe et le Xe siècle de notre ère, soit il y a plus d’un millénaire.

La tour principale fut quant à elle édifiée au XIe siècle dans le style Baphuon. A l’origine un temple hindou, ce lieu de culte a par la suite évolué en sanctuaire bouddhiste.

Le Prasat (ปราสาท), c’est-à-dire cette tour du XIe siècle qui fait office de sanctuaire principal, est situé au centre d’une cour de forme carrée entourée par un mur d’enceinte constitué à partir de pierres de latérite, de grès et de briques.

S’il est possible de pénétrer dans cette cour par quatre entrées, le complexe comprend deux gopuras principaux, à l’est et à l’ouest.

Prasat Hin Phanom Wan

Mur d’enceinte vu depuis l’extérieur

Prasat Hin Phanomwan

Mur d’enceinte et Gopura côté est

Méthode anastylose

Si le site de Phimai fut restauré, le Prasat Hin Phanomwan le fut également mais de manière encore plus intense, comme en témoigne la différence de couleurs entre les pierres.

Ce contraste est volontaire et vise à distinguer les pierres en grès originelles de celles ajoutées plus tard, une méthode appelée anastylose.

En ayant connaissance de cette restauration achevée en 2000, le moins que l’on puisse dire est que ce Prasat fut presque entièrement reconstitué!

Prasat Hin Phanomwan

Mandapa suivi du Prasat

Mandapa

Mandapa observé de côté

Anastylose

Bel exemple de restauration par la méthode anastylose

Dans le mandapa, c’est-à-dire ce long et sombre corridor vous menant au cœur du Prasat, sont placées au total quatre effigies.

Elle offrent à la salle une atmosphère spirituelle qui manque parfois dans certains lieux restaurés et touristiques.

Prasat Hin Phanomwan

Mandapa conduisant au cœur du sanctuaire

Prasat Hin Phanomwan

Prasat Hin Phanomwan

La plupart des linteaux ont disparu ou été mis sous protection, notamment au musée historique de Phimai.

L’un des bas-reliefs les plus notables est le linteau sur le côté nord du Prasat.

Linteau khmer

Linteau sur le fronton nord du Prasat

Petit Prang

Aux côtés du sanctuaire principal, il existait autrefois d’autres édifices, pour la plupart en ruines.

Un seul subsiste véritablement, à savoir le Prang Noi (ปรางค์​น้อย​), édifié en grès rose du plus bel effet.

ปรางค์น้อย

Le Prang Noi (ปรางค์น้อย)

Il abrite de nos jours ce qui s’apparente à une empreinte du Bouddha datant de la fin de la période Ayutthaya ou début de l’ère Rattanakosin. Elle fut elle-aussi sculptée dans un bloc de grès rose.

Empreinte Bouddha

Les vestiges du Prasat Hin Phanomwan furent à l’époque un temple entouré d’une petite ville.

Si vous vous éloignez vers l’est, vous découvrirez ainsi un vaste bassin, un Barai (บาราย), soit un ancien réservoir aujourd’hui colonisé par des fleurs.

L’atout indéniable du Prasat Hin Phanom Wan est qu’il est peu connu. En le parcourant une demi-heure, je n’ai pas croisé la moindre personne, ce qui est tout à fait agréable dans un temple khmer.

Coordonnées GPS: N 15°1’32 E 102°11’38

Temples à découvrir
วัดถ้ำเขาวง ปากช่องวัดหมื่นไวย