Prasat Ta Muan Thom ปราสาทตาเมือนธม

Au sud de la province de Surin, le Prasat Ta Muan Thom est l’un des plus importants vestiges khmers que vous pouvez visiter depuis la Thaïlande.

La nuance est ici de rigueur car à la suite d’un différent frontalier avec le Cambodge, nul ne sait dans quel pays est réellement situé ce temple millénaire.

Accès

Si la visite est autorisée tous les jours jusqu’à trois heures de l’après-midi, cela ne va pas sans contraintes qui rendent le périple unique en son genre.

Premièrement, il faut se rendre aux confins sud-ouest de la province de Surin, dans une région rurale où peu d’occidentaux s’aventurent malgré la gentillesse des habitants qui parlent le plus souvent des dialectes khmers que le thaïlandais.

Deux kilomètres avant le temple, un poste militaire vous demandera de déposer votre passeport contre une carte. Vous l’échangerez au retour pour récupérer votre sésame de voyage.

La route passe ensuite devant deux vestiges de temples khmers, respectivement le Prasat Ta Muan (ปราสาทตาเมือน), puis le Prasat Ta Muan Tot (ปราสาทตาเมือนโต๊ด).

Présence militaire

Arrivé sur place, il faut une nouvelle fois montrer patte blanche et suivre un militaire jusqu’au temple. Il vous indiquera précisément jusqu’où vous pouvez marcher.

Pour information, la limite est le bas de l’escalier. Vous pouvez le descendre mais pas aller plus loin sous peine de franchir la frontière. Vous seriez dans ce cas en territoire cambodgien, donc une zone interdite.

Au sein même du complexe, vous allez vite vous en rendre compte, il y a donc des militaires thaïlandais, mais aussi des militaires cambodgiens, les deux unités ayant tendance à s’ignorer royalement. Heureusement, ils ne sont pas armés.

Néanmoins, il faut savoir qu’il y a eu des combats ici-même il y a quelques années et le différent frontalier n’est pas réglé, chacun se considérant chez soi et l’autre un simple invité.

Vous croiserez peut-être des visiteurs cambodgiens qui seront surpris de rencontrer des touristes venant de l’autre côté de la frontière, qui plus est un barang.

Un temple millénaire

Le Prasat Ta Muan Thom a été restauré avec parcimonie, ou du moins pas dans les mêmes proportions que le temple de Phimai ou le Prasat Phanom Rung.

De ce fait, il apparait moins impressionnant et les ruines sont nombreuses. Les lieux furent par ailleurs vandalisés par les Khmers rouges et des malandrins. Ils ont pris soin de subtiliser ou endommager les ornements et linteaux.

Le Prasat Ta Muan Thom fut construit au XIe siècle. Il appartient au style Baphuon.

Il est situé au niveau d’un col, autrefois un passage stratégique sur la route royale entre Angkor et Phimai.

Signe qu’il s’agit d’un temple important, la majorité des édifices sont en grès. Par ailleurs, les roches naturelles cohabitent avec les constructions.

ปราสาทตาเมือนธม

Prasat Ta Muan Thom

L’accès originel se faisait par l’escalier précédemment évoqué, depuis le côté cambodgien, au sud. Du haut de cette rampe en latérite, le mandapa vous mène au sanctuaire central, aujourd’hui effondré.

Trois sculptures en grès sont placées en enfilade. Depuis l’entrée du mandapa, la première correspond à un socle.

Dans un état très délabré, la seconde statue est le taureau Nandin, la monture de Shiva.

La présence de Nandin indique que le temple fut dédié à Shiva. Cette observation se confirme avec le lingam naturel au centre du sanctuaire.

Entrée du Mandapa

Taureau Nandin décapité

Prasat Ta Muan Thom

Lingam naturel

Prasat Ta Muan Thom

Le Prasat Ta Muan Tom est un temple impressionnant du fait de sa situation politique, mais aussi pour sa situation géographique, au milieu de la forêt.

Il vaut également le détour pour son aspect délaissé et son atmosphère unique.

Malgré les vols et dégradations dans les dernières décennies, le complexe compte quelques bas-reliefs sculptés à même les blocs de grès, essentiellement des frises décoratives et des personnages décapités.

Coordonnées GPS : N 14°21’1 E103°15’59

Temples à découvrir

Commentaires

*

วนอุทยานพนมสวาย