Prasat Sdok Kok Thom ปราสาทสด๊กก๊อกธม

À quelques centaines de mètres de la frontière cambodgienne, le Prasat Sdok Kok Thom est le temple khmer emblématique de la province de Sa Kaeo.

Il est d’ailleurs si proche du Cambodge que ses abords ont servi un temps de camps de réfugier au début des années 80.

Le Prasat Sdok Kok Thom est le plus important temple khmer hors de la région Isan.

Daté du XIe siècle et dédié à Shiva, il est similaire par son architecture et son agencement à certains temples d’Angkor, dans des dimensions toutefois sans commune mesure avec les vestiges au Cambodge.

Pour les archéologues, c’est devenu un lieu de culte essentiel grâce à une stèle trouvée sur place évoquant les anciens empereurs khmers, une découverte ayant permis de retracer le fil de l’histoire.

La méthode anastylose

Comme vous le remarquerez rapidement, le Prasat Sdok Kok Thom fut restauré grâce à la méthode anastylose.

Elle se caractérise en premier lieu par le remplacement des pierres manquantes par des nouvelles, mais très différentes par leurs couleurs des pierres originales, de manière à distinguer ce qui est d’époque et ce qui ne l’est pas.

Le résultat de cette vaste entreprise est que le Prasat Sdok Kok Thom est resplendissant. Si ce n’est sa taille plus modeste, ce complexe a peu de choses à envier à ses célèbres cousins en Isan, le Prasat Hin Phimai (ปราสาทหินพิมาย), et le Prasat Hin Phanom Rung (ปราสาทหินพนมรุ้ง).

Néanmoins, on pourra regretter que cette restauration d’ampleur est presque trop propre. Vous aurez davantage le sentiment de visiter un musée qu’un temple millénaire.

La spiritualité des lieux s’est pour ainsi dire évaporée, contrairement à certains vestiges de l’Empire Khmer en Isan, notamment les plus modestes.

Anastylose

Méthode anastylose, les anciennes pierres et les nouvelles

Tourné vers l’est

De manière succincte, le complexe du Prasat Sdok Kok Thom peut se décrire de la manière suivante. À l’est, un bassin, un baray, mesure plus de deux cents mètres de long.

Dans la continuité à l’ouest, une allée en latérite délimitée par des stèles vous emmène jusqu’au premier rempart. Le pavillon d’accès à l’est, un gopura, vous fait pénétrer à l’intérieur de la première enceinte.

Chemin depuis le parking

Allée en latérite menant au temple

Prasat Sdok Kok Thom

Gopura côté est de la première enceinte

Cette vaste cour carrée accueille des bassins en forme de U. Ils entourent partiellement le deuxième mur d’enceinte. Il compte quant à lui quatre gopuras prolongés sur les côtés par des galeries.

Ces entrées, autant fonctionnelles que symboliques, permettent de rejoindre le centre du temple et la résidence des divinités, là où sont placés deux bibliothèques similaires, des Bannalaï (บรรณาลัย), ainsi que le Prasat principal (ปราสาท​ประธาน), le cœur du temple.

Cour intérieure observée depuis le premier mur d’enceinte

Prasat Sdok Kok Thom

Gopura du deuxième mur d’enceinte

Tour-sanctuaire principale

Prasat Sdok Kok Thom

Bibliothèque vue depuis le sanctuaire central

Privilégier un guide

L’ensemble des ornements de ce complexe sont remarquables.

Ainsi, si vous souhaitez profiter pleinement de votre visite, je vous conseille de parcourir les lieux avec un guide qui saura vous décrire, non seulement les personnages et les histoires dépeintes en bas-reliefs, les détails de la restauration, mais aussi le rôle fonctionnel et symbolique de chaque édifice.

Coordonnées GPS: N 13°50’29 E102°44’22

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดป่าหนองหล่ม