Wat Mahathat Yasothon วัดมหาธาตุ ยโสธร

Le Wat Mahathat est le plus important monastère bouddhiste de la province de Yasothon.

Situé dans la vieille-ville, il est proche à la fois du sanctuaire du Pilier de la cité, de la fondation Ruam Samakkhi, et du Wat Si Thammaram (วัดศรีธรรมาราม).

L’élément marquant du Wat Mahathat est son stupa, nommé Phrathat Anon (พระธาตุอานนท์). À travers une architecture complexe, il présente une mine élancée et des ornements parsèment la structure.

Wat Mahathat Yasothon

Phrathat Anon (พระธาตุอานนท์)

Les reliques d’Ananda

Le Phrathat Anon doit son nom à une chronique attribuant sa paternité à deux moines originaires du Laos.

Suivant leur épopée évoquée sur le panneau informatif, ces deux moines, après trois décennies dans les ordres, partent en Inde et arrivent à un stupa dédié à Ananda, le plus illustre disciple du Bouddha. Ils demandent alors s’ils peuvent emporter des reliques.

Revenus au Laos, ils sont chassés et se réfugient ici-même, où des Khmers sont établis. Après trois années sur place, ils enfouissent les reliques d’Ananda et construisent un premier stupa en l’an 1248 du calendrier thaïlandais, soit en 695 !

Plus terre à terre, ce stupa sacré atteignant 25 mètres de haut fut édifié au début de la période Rattanakosin, à la fin du XVIIIe siècle, même si un lieu de culte existait sans doute à cet emplacement auparavant.

Selon le panneau informatif, le Phrathat Anon est le seul stupa en Thaïlande à préserver des reliques d’Ananda.

Ubosot moderne

Précédant le stupa, l’Ubosot est moderne par son architecture. Il est bordé par deux autres petits stupas historiques, dont l’un est dédié à un ancien monarque de l’ancien Royaume de Champasak, le dénommé Phra Wichai Rat Suriyawong Khattiyarat (พระวิไชยราชสุริยวงษขัติยราช).

Ubosot

Les peintures murales intérieures dépeignent essentiellement la vie du Bouddha et ses anciennes vies, les jatakas. Quant au bouddha principal, son allure présume qu’il est relativement ancien.

Wat Mahathat Yasothon

วัดมหาธาตุ ยโสธร

Bibliothèque sur pilotis

Un autre édifice remarquable du Wat Mahathat est la bibliothèque sur pilotis, appelée Ho Trai Klang Nam (หอไตรกลางน้ำ) en thaïlandais car elle est installée au centre d’un bassin artificiel.

Édifiée dans un premier temps en 1830, elle fut de toute évidence restaurée et consolidée au cours des dernières décennies.

Wat Mahathat Yasothon

Par son architecture, elle rappelle la bibliothèque d’un autre temple de la province, le Wat Sa Trainurak (วัดสระไตรนุรักษ์), et celle, plus impressionnante encore, du Wat Thung Si Muang (วัดทุ่งศรีเมือง), à Ubon Ratchathani.

Il est théoriquement possible de la visiter. Sur les vielles planches craquantes, la pièce centrale abrite toujours des manuscrits, peut-être ceux d’époque originaires de la capitales laotienne Vientiane.

De plus, des antiquités et diverses statues anciennes sont installées dans les allées latérales.

Manuscrits dans la bibliothèque

En cristal

Phra Phuttha Patima Busayarat (พระพุทธปฏิมาบุษยรัตน์), ou Phra Keao Yot Nam Khang (พระแก้วหยดน้ำค้าง), est le bouddha le plus sacré de la province de Yasothon. Il ne mesure pourtant que quelques centimètres de haut.

Il fut offert au gouverneur de Yasothon par le Roi Rama III, au milieu du XIXe siècle.

Toutefois, ce bouddha en cristal de style Chiang Saen est beaucoup plus ancien. Il est d’ailleurs associé au Bouddha d’émeraude avec qui il aurait longtemps séjourné à Chiang Mai puis au Laos.1

Hébergé dans une pièce discrète, il faudra demander à des moines ou des responsables pour espérer apercevoir Phra Kaeo Yot Nam Khang.

Étant donné sa taille minuscule, il reste très délicat à distinguer. Pour aiguiller votre regard, Phra Kaeo Yot Nam Khang est le bouddha translucide abrité sous le pavillon doré, au sommet de l’autel.

Le bouddha en cristal est au sommet de l’autel

Coordonnées GPS : N 15°47’38 E104°08’31

  1. Source en thaïlandais avec quelques photos en gros plan : http://www.dhammajak.net/forums/viewtopic.php?f=24&t=22942
Temples à découvrir

Commentaires

*

โบสถ์คริสต์บ้านซ่งแย้