Wat Tham Khao Yoi วัดถ้ำเขาย้อย

A mon sens, le Wat Tham Khao Yoi est le temple bouddhiste le plus intéressant et étonnant de la province de Phetchaburi.

En mêlant nature, colline, grottes, et des aspects plus classique d’un monastère bouddhiste en Thaïlande, il me semble un temple immanquable pour qui s’aventurerait dans cette province.

Situé à une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale provinciale Phetchaburi, le Wat Tham Khao Yoï est placé au pied d’un mont karstique, à vrai dire le seul des environs, ce qui en fait un lieu à part.

La partie classique du temple se compose essentiellement autour de son Ubosot. Vous ne serez pas déçus car cette salle d’ordination en bois est abondamment décorée, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur, par des bas et demi-reliefs finement sculptés à même le bois.

Sur les parties extérieures, quadrillant les fenêtres, vous découvrirez des personnages mythologiques et des créatures étranges.

A l’intérieur, sur les parties supérieures des murs, les bas-reliefs illustrent les dix anciennes vies du Bouddha Shakyamuni, les jatakas, appelées Totchatchadok en thaïlandais (ทศชาติ​ชาดก).

Les parties inférieures des murs représentent quant à elles la vie de Siddartha Gautama, de sa naissance en passant par son Éveil, et jusqu’à son parinirvâna, c’est-à-dire son décès.

Par leur qualité artistique et leur niveau de détail, les bas-reliefs de cet Ubosot en bois sont parmi les plus beaux que j’ai pu admirer en Thaïlande.

Ubosot et ses superbes bas-reliefs

L’Ubosot et ses superbes bas-reliefs

Scène issue d'un jataka

Scène issue d’un jataka

deux divinités célestes

La grotte sacrée

Le Wat Tham Khao Yoï est loin de se limiter à cette salle d’ordination car la suite du temple prend la forme d’une célèbre grotte ayant été fréquentée aussi bien par des troupes siamoises pendant l’ère Ayutthaya que par le roi Mongkut au XIXe siècle, venu en pèlerinage pratiquer la méditation dans la cavité principale.

Avant d’y pénétrer toutefois, il vous faudra passer entre les nombreux singes des lieux, peu farouches et plutôt gourmands.

Les deux entrées à même la roche vous amènent dans la même salle, où repose paisiblement un long bouddha couché. La suite se compose en une multitude de sanctuaires et une empreinte du Bouddha, la lumière naturelle arrosant cette salle principale.

Entrée de la grotte principale

Entrée de la grotte principale

Les macaques sont nombreux près de la grotte

Les macaques sont nombreux près de la grotte

Le long bouddha couché

Le long bouddha couché

Empreinte du Bouddha sous son pavillon

Empreinte du Bouddha sous son pavillon

Une deuxième salle se trouve dans la continuité. Elle est composée d’une série de bouddhas sur un autel, précédés de Guanyin qui semble veiller sur ces statues.

La bodhisattava Guanyin au premier plan

La bodhisattava Guanyin au premier plan

Une seconde grotte sur la colline

Disons-le franchement, cette grotte est moins spectaculaire et impressionnante que la grotte Tham Khao Luang (ถ้ำเขาหลวง), près du centre-ville de Phetchaburi, mais elle possède une atmosphère davantage authentique et spirituelle.

Surtout, le temple ne se limite pas à cette grotte car vous aurez peut-être remarqué depuis le parking un escalier qui semble s’enfoncer dans la montagne.

En l’empruntant, vous croisez d’abord quelques macaques, mais vous atterrissez rapidement en pleine nature sur ce mont karstique.

Plus vous vous élevez, plus vous apercevez l’horizon et les rizières aux alentours avant d’atteindre la première grotte, nommée Tham Sawan (ถ้ำ​สวรรค์), soit la grotte du paradis. N’étant pas éclairée, je ne me suis pas risqué à découvrir le paradis.

Escalier vers la seconde grotte, au coeur de la colline

Escalier vers la seconde grotte, au cœur de la colline

chemin vers la grotte au coeur de la nature

Chemin vers la grotte au milieu de la nature

En continuant le chemin bétonné, vous atteignez finalement Tham Phra Si Arn (ถ้า​พระ​ศรีอารย์), une grotte prenant la forme d’un gouffre abondamment baignée par la lumière du jour.

Vous n’y trouverez pas de stalactites ou stalagmites, mais uniquement des rochers offrant au lieu une ambiance singulière, avec toutefois la présence rassurante et énigmatique d’un bouddha paré.

Le gouffre et son bouddha

Le gouffre et son bouddha paré

bouddha paré dans la grotte

De là, vous pouvez encore descendre d’un cran, au fond de ce demi-gouffre, donc toujours avec un puits de lumière. Il n’y a pas à proprement parler de sanctuaires mais les quelques personnes qui s’y aventurent aiment former, en signe de croyance, des tas de pierre équilibristes, donnant une atmosphère assez mystique au lieu, surtout si vous venez seul.

Coordonnées GPS: N 13°14’9 E 99°49’41

Temples à découvrir

Commentaires

*

ถ้ำเขาหลวง