Wat Phra Phutthabat วัดพระพุทธบาท

Dans la province de Saraburi, le Wat Phra Phutthabat forme l’un des plus importants pèlerinages bouddhistes du Royaume de Thaïlande.

Quotidiennement, par milliers, les fidèles viennent se recueillir sur une empreinte du Bouddha.

Une histoire d’empreinte

L’origine de ce temple remonte au début du XVIIe siècle, lors du règne de Songtham (สมเด็จพระเจ้าทรงธรรม), un monarque du Royaume d’Ayutthaya.

La légende associée à l’empreinte évoque une découverte inattendue par un homme seul. Il aperçut alors un creux dans un rocher, similaire à une empreinte.

La nouvelle se répandit et l’empreinte fut attribuée au Bouddha.

L’endroit prit dès lors une grande importance spirituelle et le monastère se développa, avant d’être détruit lors de la guerre contre les Birmans à la fin du XVIIIe siècle.

Plusieurs monarques depuis cette époque ont apposé leur marque au Wat Phra Phutthabat, en le rénovant ou en ajoutant de nouveaux bâtiments, au XIXe siècle et dans le courant du XXe siècle.

Wat Phra Phutthabat

Bienvenue au Wat Phra Phutthabat

Signe de son importance, le Wat Phra Phutthabat fait partie de la vingtaine de monastères royaux de premier rang, à l’instar du Wat Arun (วัดอรุณ) ou du Wat Pho (วัดโพธิ์) par exemple.

Son nom officiel est Wat Phra Phutthabat Ratchaworamahawihan (วัดพระพุทธบาทราชวรมหาวิหาร), le grand monastère royal de l’empreinte du Bouddha.

Il bénéficie d’une telle notoriété qu’une ville s’est développée autour du monastère, et Phra Phutthabat (อำเภอพระพุทธบาท) est aujourd’hui un district à part entière de la province de Saraburi.

Empreinte dans la roche

L’empreinte sacrée est abritée dans un Montop doré. Les Thaïlandais viennent y prier en nombre le week-end et lors des jours fériés, à tel point qu’il est délicat de l’approcher !

Pour faire acte de mérite, ils prient puis jettent des billets et des pièces sur l’empreinte.

Accès au Montop

Wat Phra Phutthabat

Prières devant l’empreinte sacrée

Si le royaume dénombre plusieurs empreintes associées au Bouddha, celle de Saraburi est la plus sacrée de toute.

Si vous souhaitez découvrir d’autres temples hébergeant une empreinte significative, vous pouvez consulter le mot-clé Empreinte du Bouddha sous la carte ci-dessous, ou bien cliquer ici.

Un temple classique mais hors du commun

Au-delà de l’empreinte sacrée, ce monastère est intéressant pour son cadre au relief accidenté et pour l’art bouddhique représentatif de la période Rattanakosin.

Le complexe compte un Ubosot et au moins cinq Viharn, chacun hébergeant des statues historiques et sacrées. L’un des Viharn est appelé Vihan Chin (วิหารจีน), soit le Viharn chinois, car il fait office de sanctuaire chinois.

Viharn au bas de la colline

Sanctuaire chinois dans le complexe

Près de l’empreinte, un autre Viharn abrite un bouddha dans la posture dite Paleilaï. Mesurant 10 mètres de haut, il englobe l’espace de la pièce.

วัดพระพุทธบาท

Un autre Viharn présente des peintures murales intéressantes réalisées à priori dans les années cinquante.

Wat Phra Phutthabat

Légèrement excentré et en contrebas de la majorité des édifices, le Viharn royal fut transformé en musée.

Un panneau explique en anglais l’histoire de cette empreinte. Dans un deuxième temps, la salle expose plusieurs centaines d’objets précieux, des poteries, des statues ou des armes. Les photos sont interdites à l’intérieur.

Wat Phra Phutthabat

Viharn royal transformé en musée

Près de là, plusieurs abris creusés dans la roche font office de sanctuaire. L’une de ces cavités est nommée Tham Kop (ถ้ำกบ), soit la grotte de la grenouille.

Sanctuaire dans une petite caverne

Coordonnées GPS : N 14°43’8 E100°47’20

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดพระพุทธแสงธรรม