Wat Suan Hin Pha Nang Khoi วัดสวนหินผานางคอย

Le Wat Suan Hin Pha Nang Khoi est situé aux confins de la province d’Ubon Ratchathani, à l’extrémité sud-est de la région Isan, donc aux limites de la Thaïlande.

Parmi les 1400 temples présentés sur ce site, le Wat Suan Hin Pha Nang Khoi est le plus isolé de tous.

Pour le découvrir, c’est une aventure. Il faut d’abord rejoindre Ban Hung Luang (บ้านหุ่งหลวง). Ce village est situé à plus de cent kilomètres de la capitale provinciale Ubon Ratchathani, à 75 kilomètres de Khemmarat et à 55 kilomètres de Khong Chiam. Autant dire au bout du monde !

Balade sur la piste en latérite

Depuis le hameau, il faut emprunter sur 13 kilomètres une piste en latérite serpentant dans la nature. Elle monte et descend des collines.

Ce chemin poussiéreux est inégal, parfois roulant, parfois technique, les passages les plus délicats étant bétonnés. Si vous êtes en deux-roues, il est déconseillé de s’y aventurer pendant la saison des pluies.

Depuis le village de Ban Hung Luang, il m’a fallu 2 heures 30 pour me rendre au Wat Suan Hin Pha Nang Khoi, visiter les lieux, puis revenir. Même si j’ai pris mon temps, je n’ai pas fait de pause.

Piste de 13 kilomètres menant au temple

Point de vue depuis la piste

Le chemin vous emmène au monastère et vers deux villages, le premier étant situé après 8 kilomètres.

En retrait du tracé, Ban Hong Kham (บ้านโหง่นขาม) ressemble à beaucoup de villages de la région Isan. Il possède même un petit monastère.

Si Muang Mai

Temple modeste dans le village de Ban Hong Kham

Le Wat Suan Hin Pha Nang Khoi est situé cinq kilomètres plus loin. Le deuxième village, que je n’ai pas visité, est deux kilomètres plus loin encore, sur la rive du Mékong.

Pagode dorée pour le moine

Après 13 kilomètres sur la piste en latérite, vous apercevez le stupa doré du Wat Suan Hin Pha Nang Khoi.

Si ce monastère bénéficie d’une petite renommée pour son calme, son isolement et sa vue, il fut aussi le lieu de résidence d’un célèbre bonze, le vénérable Luang Pu Phromma Khemcharo (หลวงปู่พรหมมา เขมจาโร).

L’intriguant stupa doré inspiré par l’architecture mône/birmane lui est dédié. À l’intérieur, son corps décharné est exposé dans un cercueil transparent.

Wat Suan Hin Pha Nang Khoi

Corps de Luang Pu Phromma Khemcharo (หลวงปู่พรหมมา เขมจาโร)

Près de là, l’Ubosot moderne abrite un bouddha principal de style birman.

Le Mékong

L’atout charme du Wat Suan Hin Pha Nang Khoi est son panorama sur le Mékong.

Le fleuve est ici sauvage, car hormis ce temple et le village du côté thaïlandais, sur la rive opposée, au Laos, il n’y a rien : pas de routes, chemins ou villages. Pas une âme qui vive à plusieurs kilomètres.

Le point de vue idéal sur le sillon du Mékong s’effectue depuis un belvédère naturel, le sommet de la falaise ayant donné son nom au monastère : Pha Nang Khoi (ผานางคอย). Un Naga, en construction en 2017, domine rageusement le fleuve.

Wat Suan Hin Pha Nang Khoi

Un escalier permet aussi de se rendre sous la paroi rocheuse. Autrefois, c’est là que méditait les moines.

วัดสวนหินผานางคอย

Coordonnées GPS : N 15°42’48 E105°35’34

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดศรีนวลแสงสว่างอารมณ์วัดพระธาตุหนองบัว