Wat Burapharam Surin วัดบูรพาราม สุรินทร์

Au centre-ville, le Wat Burapharam est le temple à ne pas manquer si vous veniez à vous aventurer dans la ville de Surin.

Ses origines remontent à plus de deux siècles, entre la fin de l’ère Ayutthaya et le début de l’ère Rattanakosin, soit au dénouement du XVIIIe siècle. Ce monastère s’est depuis largement développé, accédant même au rang des temples sous patronage royal à partir de 1977.

La salle d’ordination et ses peintures

Dès la porte d’enceinte franchie, vous apercevez d’abord l’Ubosot moderne, en photo en haut de cette page, avec ses imposantes dimensions et son architecture classique de la deuxième moitié du XXe siècle.

A l’intérieur, l’édifice abrite de belles fresques retraçant, sur les parties supérieures, la vie de Siddartha Gautama, c’est à dire le Bouddha historique.

L’histoire est comptée de manière chronologique à travers des tableaux, une trentaine au total, dans des décors qui rappellent l’Inde, chacun évoquant un moment important de sa vie, par exemple sa naissance, son Éveil sous l’arbre de la Bodhi, ou encore son parinirvana, c’est-à-dire son décès, l’instant où tout cesse.

Les parties inférieures des murs, au niveau des fenêtres, illustrent quant à elles la vie de Vessantara Jataka, c’est-à-dire la vie antérieure du Bouddha Shakyamuni.

De la même manière, différents tableaux représentent une étape clé de son parcours de vie, dont le moment où il abandonna ses enfants pour mieux les retrouver à la fin de l’histoire.

Vie du Bouddha en peinture

La vie du Bouddha dépeinte sur les parties supérieures

Wat Burapharam Surin

Largement surélevé, le bouddha principal s’avère être une réplique en version réduite du célèbre bouddha de Phitsanulok, Phra Phuttha Chinnarat (พระพุทธชินราช).

Wat Burapharam Surin

La salle d’ordination et son bouddha

Le Viharn en l’honneur du moine renommé

Jouxtant l’Ubosot, un Viharn à l’architecture audacieuse fait office de musée (พิพิธภัณฑ์กัมมัฏฐาน-อัฐิธาตุ วัดบูรพาราม).

Il abrite une représentation dorée, ainsi qu’une autre en résine, de Luang Pu Dun (หลวง​ปู่​ดูลย์​), le bonze le plus connu de la province de Surin dont l’influence se retrouve aussi au Wat Uthayan Sawai (วัดอุทยานพนมสวาย).

พิพิธภัณฑ์กัมมัฏฐาน-อัฐิธาตุ วัดบูรพาราม

Musée en l’honneur de Luang Pu Dun (หลวงปู่ดูลย์)

หลวง​ปู่​ดูลย์​

La statue de Luang Pu Dun (หลวง​ปู่​ดูลย์​)

Les peintures de cette salle représentent des moines révérés, le plus souvent pour leur maîtrise de la méditation et leur appartenance à la tradition de la forêt, la majorité étant par ailleurs originaires du nord-est de la Thaïlande, l’Isan.

Luang Pu Man

Représentation de Luang Pu Man, un célèbre bonze de la tradition de la forêt

Le bouddha sacré

Un second Viharn est à ne pas manquer au Wat Burapharam. Situé à l’arrière de l’Ubosot, cet édifice de forme cruciforme abrite le bouddha le plus sacré du temple, de la ville et même de toute la province de Surin.

Nommé Luang Po Phra Chi (หลวงพ่อ​พระ​ชีว์), ses origines sont incertaines, mais tout laisse à penser d’après le panneau informatif qu’il aurait le même âge que le monastère, soit environ deux siècles.

Il se caractérise en premier lieu par ses mains épaisses et charnues, mais surtout par son visage arrondi affichant un sourire serein.

Wat Burapharam Surin

Viharn en l’honneur du bouddha sacré

หลวงพ่อพระชีว์

bouddha sacré nommé Luang Po Phra Chi (หลวงพ่อพระชีว์)

หลวงพ่อพระชีว์

Coordonnées GPS: N 14°53’4 E103°29’35

Temples à découvrir

Commentaires

*

ปราสาทบ้านพลวง