Wat Singh Sam Khok วัดสิงห์ สามโคก

Dans un endroit charmant de la province de Pathum Thani, le district de Sam Khok (อำเภอสามโคก), entre nature et villages établis le long du fleuve Chao Phraya, le Wat Singh fut fondé dès l’époque du Royaume d’Ayutthaya.

Il doit son nom aux lions protecteurs de la cosmologie bouddhique, les Singh (สิงห์). Un temps abandonné, il fut repris en main par des Môns entre la fin de l’ère Ayutthaya et le début de l’ère Rattakosin, soit à la fin du XVIIIe siècle.

Confirmant l’ancienneté des lieux, dès l’entrée du monastère, un mur d’enceinte délimite l’emplacement de l’Ubosot, d’un Viharn, ainsi qu’un Chedi extrêmement subtil et fin par ses lignes.

Le Viharn possède une base incurvée, traduisant sa construction ancienne.

Wat Singh Sam Khok

Ubosot entouré par un mur d’enceinte

วัดสิงห์ สามโคก

Wat Singh Sam Khok

Wat Singh Sam Khok

Sur la droite, le Viharn

Wat Singh Sam Khok

Le fin Chedi

Bien que photogénique et particulièrement intéressant historiquement parlant, ces édifices ne sont peut-être pas l’aspect le plus remarquable des lieux.

Sala ouverte

En effet, une Sala aux teintes rouge fait office de lieu d’enseignement pour les moines et les jeunes novices.

Par la qualité de la structure et sa beauté, cette salle ouverte sur l’extérieur surprend d’abord par son apparence.

Ajouté à la présence de Luang Po To (หลวงพ่อ​โต), un bouddha de style Ayutthaya orné d’un mandorla, cet édifice en bois se transforme en un lieu unique du grand Bangkok.

Wat Singh Sam Khok

Sala ouverte et son bouddha

Wat Singh Sam Khok

Bon à savoir, à quelques dizaines de mètres au nord du monastère se trouve un site archéologique, à priori ouvert au public, nommé Tao Ong Ang (โบราณสถานเตาโอ่งอ่าง).

Coordonnées GPS: N 14°3’13 E100°32’26

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดเจดีย์ทอง