Wat Chetiya Khiri (Wat Phu Thok) วัดเจติยาคีรีวิหาร (วัดภูทอก)

Si la nouvelle province de Bueng Kan, administrativement crée en 2011, n’est pas la plus connue, ni la plus fournie en temple intéressant en Isan, elle a néanmoins le mérite d’héberger l’un des temples les plus spectaculaires de Thaïlande.

Officiellement nommé Wat Chetiya Khiri, il reste davantage connu sous le nom de Wat Phu Thok, en référence au nom de la montagne sur laquelle il est adossé (Phu Thok – ภูทอก).

Wat Phu Thok

La montagne Phu Thok (ภูทอก) vu depuis l’entrée du temple

Aujourd’hui devenu un lieu touristique autant qu’un lieu de culte, le Wat Phu Tok attire des centaines de personnes lors des week-ends et jours fériés, ce qui n’est pas si mal tant il est agréable de ne pas être seul sur certaines zones plutôt crispantes.

A l’assaut de la montagne

L’idée au Wat Phu Tok, tel un parcours aventure, est de gravir la montagne et d’en faire le tour via des chemins tracés entre la paroi rocheuse, la forêt, et des planches en bois disposées au dessus du vide.

Avant cela toutefois, il faut gravir la montagne pour atteindre la Sala principale, accolée à la paroi rocheuse, lieu privilégié pour faire des offrandes à la communauté monastique.

En théorie, cette montagne est délimitée par sept étages, bien que du premier au cinquième étage, je n’ai personnellement pas identifié le passage de l’un à l’autre.

La Sala principale, visible depuis le bas, est placée au cinquième étage, comme son nom l’indique : Sala Phu Tok Noi Bon Chan 5 (ศาลาภูทอกน้อยบนชั้น5)

Le chemin pour s’y rendre mêle escalier creusé dans la roche et escalier en bois, une constante. D’abord au milieu d’une forêt humide, les arbres se raréfient à mesure que vous montez en altitude.

Wat Phu Tok

Le début de l’ascension au milieu de la nature

escalier pentu en bois

Plus on s’élève, plus les escalier deviennent raides

Wat Phu Tok

Le cinquième étage, là où se trouve la Sala

Wat Phu Tok

Panorama sur le temple depuis le cinquième étage

Une fois atteint la Sala et après avoir fait une pause bien méritée, je vous conseille de continuer le chemin en vous dirigeant vers la gauche, vous passerez alors devant un abri sous la roche, d’abord vide puis rempli de statues.

Wat Phu Tok

L’abri sous la roche au cinquième étage

En restant au même niveau, sans emprunter aucun escalier, vous devriez atteindre, quelques dizaines de mètres plus loin, un étonnant Viharn nommé Phuttha Viharn (พุทธวิหาร). Sa singularité est d’être placé légèrement à l’écart de la montagne, offrant par la même un superbe panorama sur la région.

พุทธวิหาร

Détaché de la montagne, le Phuttha Viharn (พุทธวิหาร)

Wat Phu Tok

Le Phuttha Viharn (พุทธวิหาร)

Vous pouvez continuer la visite en faisant le tour de la montagne. Depuis le Viharn posé sur son éperon rocheux, vous apercevrez trois chemins, à des niveaux différents. Tous font le tour de la montagne, la seule différence étant leur hauteur.

Je vous conseille alors de monter au sixième étage, là où les sensations sont les plus fortes à mon sens. A partir de cet instant, le chemin se complique dans la mesure où il faudra continuer sur de modestes planches en bois posées au dessus du vide, le passage étant parfois fort étroit.

En d’autres termes, c’est l’endroit où il faut faire attention. Si l’envie vous prend, vous pouvez faire le tour de la montagne sur tous les étages avant de redescendre paisiblement.

Wat Phu Tok

Chemin au dessus du vide au sixième étage

Wat Phu Tok

La vue est spectaculaire et le chemin étroit craque parfois sous vos pieds

Wat Phu Tok

Panorama sur la région depuis le sixième étage

Wat Phu Tok

Wat Phu Tok

Le stupa-musée

De nos jours, le Wat Phu Tok est le lieu touristique phare de la province de Bueng Kan, surtout pour les Thaïlandais du fait de son isolement relatif des grands centres touristiques.

A l’origine, il faut savoir qu’il s’agissait d’un temple important pour la pratique méditative, comme en témoigne son Chedi à pointe dorée à l’entrée du complexe.

Wat Phu Tok

Le stupa musée, érigé en 1984

S’il s’agit, par son allure, d’un Chedi contemporain érigé en 1984, il est dédié en premier lieu au bonze Phra Ajarn Chuan (พระอาจารย์จวน กุลเชฏโฐ), l’un des grands maîtres de la tradition de la forêt qui méditait autrefois sur cette montagne.

Suite à son décès, comme cela se fait souvent pour les célèbres bonzes du courant Thammayut Nikaya, un Chedi fut érigé en son honneur pour entreposer ses reliques, pour y préserver sa mémoire et ses enseignements. On trouve également à l’intérieur ses effets personnels, par exemple ses différents couteaux, ses gourdes ou encore ses livres.

Wat Phu Tok

Intérieur du stupa en l’honneur de Phra Ajarn Chuan (พระอาจารย์จวน กุลเชฏโฐ)

Coordonnées GPS: N 18°7’50 E103°52’49

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดโพธาราม ท่าไคร้