Wat Khanikaphon วัดคณิกาผล

A Bangkok, le Wat Khanikaphon est un monastère pour le moins original.

A première vue, son architecture se démarque essentiellement car il s’agit de l’un des rares temples bouddhistes de style thaï dans les environs. C’est pourtant au niveau de l’histoire de sa fondation qu’il est unique.

Au XIXe siècle, alors que les maisons closes étaient nombreuses dans les ruelles de ce quartier de Chinatown, une tenancière de l’une d’entre-elles, du nom de Khun Yaï Faeng, décida de fonder ce temple en 1833. A l’origine, il fut donc nommé Wat Mai Yai Faeng.

Ses descendants insistèrent auprès du roi Mongkut, ou Rama IV, afin de renommer le monastère. Il choisit donc le nom actuel, Wat Khanikaphon, qui se traduit, selon le panneau informatif, par: “le temple construit à l’aide des profits de la prostitution” ! Cela ne s’invente pas.

Au niveau du lieu en tant que tel, vous pouvez visiter librement l’Ubosot et le Viharn. Ce dernier, situé sur la droite après la porte d’enceinte, abrite de nombreux bouddhas, la plupart datant de la fondation de ce lieu de culte. Le plus imposant précède une peinture de l’arbre de la Bodhi.

Le Viharn

Les statues du Viharn

Les statues du Viharn

Au contraire, l’Ubosot reste sobre dans sa décoration intérieure avec seule la statue principale perchée sur un pupitre et protégée par un pavillon doré. De style Sukhothaï, elle se nomme Luang Po Thong Kham (หลวงพ่อ​ทองคำ​), soit le bouddha d’or.

Le sobre Ubosot

Le sobre Ubosot

Luang Po Thong Kham (หลวงพ่อทองคำ)

Luang Po Thong Kham (หลวงพ่อทองคำ)

Coordonnées GPS: N 13°44’39 E100°30’37

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดเสมียนนารี