Wat Sa Long Ruea วัดสระลงเรือ

Le Wat Sa Long Ruea est situé à quelques kilomètres au nord du Wat Thipsukhontharam (วัดทิพย์สุคนธาราม), dans la partie nord-est de la province de Kanchanaburi, une zone de plaine éloigné des routes touristiques.

Le Wat Thipsukhontharam est un temple important, mais relativement classique par sa forme et son fonctionnement.

À l’inverse, le Wat Sa Long Ruea est un lieu où s’exprime davantage la culture populaire et l’imaginaire thaïlandais.

En ce sens, le Wat Sa Long Ruea est plus qu’une curiosité, c’est un temple insolite.

Immense bateau

Venant rompre avec la monotonie du paysage, l’enceinte du Wat Sa Long Ruea s’étend autour d’une embarcation factice installée sur un bassin.

Il est nommé Ruea Suphan Hong (เรือสุพรรณหงส์), soit le bateau du cygne doré. Ce n’est pas un monument unique dans le royaume mais c’est le plus grand de tous. Il se déploie sur près de 100 mètres !

Wat Sa Long Ruea

Ruea Suphan Hong (เรือสุพรรณหงส์)

วัดสระลงเรือ

Cette embarcation peut se visiter. L’entrée sur le côté se reconnait à sa tête géante représentant Rahu, le maître des éclipses.

Le chemin est ensuite balisé par des peintures murales au style naïf. Elles évoquent par le dessin des aphorismes thaïlandais, des vérités du quotidien.

Au centre de la galerie, on atteint le bateau en tant que tel dans lequel siège un bouddha dans une salle bleutée.

Wat Sa Long Ruea

Rahu fait office de porte d’entrée du bateau

Si ce bateau-cygne est donc le plus grand de Thaïlande, c’est loin d’être le seul.

Pour découvrir d’autres temples installés sur un bateau, vous pouvez consulter le mot clé temple bateau sous la carte, ou bien cliquer ici.

Au sous-sol, l’enfer

De facture moderne, l’Ubosot est entouré par un cloitre dans lequel des peintures représentent des scènes du monde chinois.

Ubosot

L’intérieur est quant à lui recouvert de peintures murales apaisées. Elles sont omniprésentes, si bien que l’on se sent parti prenante du décor.

Wat Sa Long Ruea

Puisque le Wat Sa Long Ruea n’est décidément pas un lieu de culte ordinaire, cet Ubosot possède un sous-sol.

Il fait office de salle de jugement et d’enfer, les scènes visant à effrayer afin de ne pas commettre d’impair sur votre karma.

Cette salle est un bon manuel de tortures sanguinaires. Les personnages subissent des sévices comme l’empalement, l’arrachage de langue, ou l’ingurgitation d’eau bouillante… j’en passe et des meilleurs.

Même Gollum, le personnage du Seigneur des Anneaux, est discrètement présent.

Wat Sa Long Ruea

L’enfer au sous-sol

Moine géant

Face au bateau, vous aurez remarqué une statue monumentale.

Elle représente Somdej Toh, alias Luang Pu To (หลวงปู่โต), un moine du XIXe siècle célèbre pour ses incantations magiques et ses amulettes sacrées.

Luang Pu To (หลวงปู่โต)

Radios en offrande

Près du moine, dans un pavillon ouvert, un sanctuaire est dédié à un bouddha noir. Il est logiquement nommé Luang Po Dam (หลวงพ่อ​ดำ), soit bouddha noir.

Son originalité toutefois est d’être entouré par des radios offertes par les visiteurs.

Luang Po Dam (หลวงพ่อ​ดำ)

Ayant naïvement demandé à une dame pourquoi une radio fonctionnait, elle m’a répondu que Luang Po Dam aimait écouter la radio…

Là réside une différence culturelle notable. Si pour un occidental cette réponse peut paraitre absurde, pour un Thaïlandais, du moins pour cette dame, c’est la question en soi qui est absurde.

Le fait que Luang Po Dam puisse écouter la radio va au-delà de la croyance, c’est une évidence.

Luang Po Dam n’est pas le seul bouddha à recevoir des radios noirs, car un autre Luang Po Dam possède la même singularité au Wat Nong Phian (วัดหนองเพียร), un petit temple dans la province de Suphanburi, à quelques dizaines de kilomètres d’ici.

En 2017, un panneau proclamait que le Wat Sa Long Ruea avait pour ambition d’ériger une réplique gigantesque de Luang Po Dam.

Si le projet se concrétise un jour, il culminera à 119 mètres !

Coordonnées GPS : N 14°21’8 E 99°44’46

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดลาดขามวัดโพธิสัตว์บรรพตนิมิต