Wat Chedi Luang Worawiharn วัดเจดีย์หลวงวรวิหาร

Le Wat Chedi Luang Worawiharn est le principal temple historique du centre-ville de Chiang Mai, le lieu de culte vers lequel converge la majorité des touristes de passage.

Ce temple doit sa célébrité spirituelle et touristique à plusieurs aspects de son histoire et de son architecture, desquels je vais n’évoquer ici que les plus importants tant ce patrimoine est riche.

Pour une visite exhaustive, je vous conseille d’engager un guide compétent qui saura prendre le temps de vous présenter la multitude de sculptures, d’édifices et de détails historiques qui font de ce monastère, à mon humble avis, le plus intéressant du centre-ville de Chiang Mai en compagnie du Wat Phra Singh (วัดพระสิงห์).

Pour revenir au Wat Chedi Luang, voici une description succincte des lieux.

Le Viharn royal

Après vous être acquitté des 40 bahts d’entrée, un premier pavillon sur la gauche fait office de Pilier de la cité (Lak Muang – หลักเมือง) pour la ville de Chiang Mai.

Sur la droite se trouve directement l’entrée du Viharn Royal (พระ​วิหาร​หลวง), l’un des plus monumentaux du nord de la Thaïlande. Il est actuellement au même emplacement que l’original mais les rénovations furent nombreuses au cours des siècles, notamment en 1929 pour l’agrandir, alors que la dernière réfection eut lieu en 2009.

พระวิหารหลวง

Le Viharn Royal (พระวิหารหลวง)

A l’intérieur, d’une taille cathédralesque, la statue principale est un bouddha en position debout, une sculpture en bronze du XVe siècle de neuf mètres de haut portant le nom de Phra Attharot (พระ​อัฏฐ​ารส).

Phra Attharot (พระอัฏฐารส)

Au centre, le bouddha sacré nommé Phra Attharot (พระอัฏฐารส)

Phra Attharot (พระอัฏฐารส)

Le Chedi monumental

Comme souvent dans le nord de la Thaïlande, l’édifice qui suit le Viharn principal est le Chedi, celui du Wat Chedi Luang étant exceptionnel par ses dimensions et son histoire, lui qui donna son nom actuel au monastère.

D’abord érigé à la fin XIVe siècle, il fut élargi et rehaussé au XVe siècle, jusqu’à atteindre 80 mètres de hauteur, soit le plus haut de l’ancien Royaume de Lanna.

Il s’effondra malheureusement en parti au XVIe siècle suite à un tremblement de terre. Longtemps délaissé, il fut partiellement restauré au début des années 90.

Wat Chedi Luang

Les vestiges de l’immense Chedi

S’il reste impressionnant, ce stupa possède également une histoire prestigieuse puisqu’il abrita entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle la statue la plus sacrée de Thaïlande, le palladium national, le fameux Bouddha d’émeraude.

A l’époque, avant l’effondrement, cette statue sacrée était placée dans la niche à mi-hauteur côté est, c’est-à-dire celle faisant face à la façade arrière du Viharn précédemment évoqué.

Wat Chedi Luang

Le côté est du stupa, où résidait le Bouddha d’émeraude, en haut des escaliers

De nos jours, bien qu’il soit à peine visible, un autre bouddha sacré occupe depuis 1995 cette niche côté est.

Nommé Phra Phuttha Chalerm Sirirat (พระพุทธ​เฉลิม​สิริราช), il s’agit d’une réplique dans les grandes lignes du Bouddha d’émeraude, sculptée dans une seule pierre de jade venue du Canada.

Si le Viharn Royal et le Chedi sont les deux principaux édifices du Wat Chedi Luang, l’enceinte du monastère en compte beaucoup d’autres, abritant notamment de superbes sculptures, mais aussi un musée que je vous conseille de prendre le temps de découvrir.

Musée du Wat Chedi Luang

Le musée du temple

Wat Chedi Luang

bouddha couché Chiang Mai

Coordonnées GPS: N 18°47’13 E 98°59’16

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดพระธาตุดอยสุเทพวัดเชียงยืน