Wat Wang Phrathat วัดวังพระธาตุ

La ville de Kamphaeng Phet, autrefois un poste avancé du Royaume de Sukhothaï puis une cité d’importance pendant la période Ayutthaya, accueille des dizaines de temples en ruine.

Ils sont regroupés en trois zones distinctes : les temples royaux près de l’ancien palais, les temples de la forêt (zone Aranyik), et Nakhon Chum.

À ces trois sections s’ajoutent une ancienne citée située à vingt kilomètres au sud de la ville, toujours au bord de la rivière Ping.

Nommée Muang Trai Trung (เมืองไตรตรึงษ์), cette cité fut rayée de la carte et ne compte que de rares vestiges. Ceux du Wat Wang Phrathat sont les plus significatifs.

Toujours actif, ce monastère se décompose autour d’un Viharn précédant un stupa de style sukhothai, une influence identifiable à la partie supérieure de la structure, similaire à un bourgeon de lotus.

Comme l’indique les changements de couleur et l’agencement des briques, la structure fut restaurée dans les dernières décennies, ainsi que le bouddha blanc photogénique.

Wat Wang Phrathat

Wat Wang Phrathat

Près de là, un Viharn moderne abrite un bouddha sacré nommé Luang Po Phet (หลวงพ่อเพชร), alors qu’un sanctuaire prisé par les locaux est placé près de la rivière.

วัดวังพระธาตุ

Luang Po Phet (หลวงพ่อเพชร) au centre

Sanctuaire près de la rivière Ping

Rivière Ping durant la saison sèche

Pour les curieux, la cité de Muang Trai Trung en tant que telle se situe à 400 mètres environ au nord du Wat Wang Phrathat. Ses limites formées par des douves sont visibles à gauche sur la carte ci-dessous.

Si vous vous y aventurez, vous y trouverez les traces d’un Chedi toujours debout nommé Chedi Chet Yot (เจดีย์เจ็ดยอด), et les vestiges d’un temple nommé Wat Phra Phrang (วัดพระปรางค์).

Coordonnées GPS : N 16°22’23 E 99°34’1

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดเตาหม้อ