Wat Tha Sung วัดท่าซุง

Le Wat Chantharam (วัดจันทาราม), plus connu sous le nom de Wat Tha Sung, est un temple hors du commun dans la province d’Uthai Thani.

Accueillant des milliers de visiteurs chaque jour, c’est un monastère délicat à présenter tant il regorge de recoins, de statues et de pavillons pour méditer.

Plusieurs édifices sortent toutefois du lot, en premier lieu desquels le Viharn Kaeo (วิหารแก้ว), soit le Viharn de verre ou de cristal. Il est situé au point GPS indiqué plus bas.

Une fois franchie la porte, cette salle grandiose éblouit.

Elle se présente comme un hall long de plusieurs dizaines de mètres où chaque recoin est recouvert par des morceaux de miroirs, donnant cette impression d’être hors du temps. Une galerie des glaces en version thaïlandaise.

À une extrémité, un autel présente le corps préservé du vénérable Luang Po Ruesi Ling Dam (หลวงพ่อฤาษีลิงดำ). Décédé en 1992, ce fut un moine emblématique du XXe siècle, un maître de la méditation.

Si le Wat Tha Sung est devenu un monastère de premier plan, il le doit à l’influence et l’héritage spirituel de ce moine.

Wat Tha Sung

Sanctuaire dédié au moine

À l’opposé, un autel présente une réplique de Phra Phuttha Chinnarat (พระพุทธชินราช), le célèbre bouddha de Phitsanulok.

Wat Tha Sung

Réplique du bouddha Chinnarat

Pyramide dorée

Plus loin dans l’enceinte, un autre édifice remarquable est le Prasat Thong Kham (ปราสาททองคำ), soit le château doré. Sa construction et les éléments décoratifs ont été achevés en 2018.

De base carré, la structure s’élève telle une pyramide. Un bouddha de style sukhothaï est placé au sommet de l’édifice.

วัดท่าซุง

Prasat Thong Kham (ปราสาททองคำ), le château doré (2017)

Wat Tha Sung

Mur d’enceinte

Un autre aspect impressionnant du monastère est le mur d’enceinte qui sépare le Wat Tha Sung de l’extérieur, du monde profane.

Le mur est aménagé comme un chemin de ronde sur lequel des bouddhas hauts de trois mètres sont positionnés à intervalles réguliers. Le complexe étant immense, plusieurs dizaines de bouddhas sont alignés le long du mur.

Sur la route parcourant le monastère, on peut également admirer un parc boisé, ou encore un bouddha debout portant son bol à aumône. Il est positionné devant un bâtiment.

Le parc au sein du monastère

Wat Tha Sung

Mur d’enceinte et ses bouddhas

La zone historique

Bien que cela ne transparaisse pas à première vue, le Wat Tha Sung est un temple historique dont les origines remontent à la période Ayutthaya. Il fut revitalisé au XXe siècle.

Pour découvrir les éléments les plus anciens, il faut traverser la route pour atteindre la partie originelle, le long de la rivière Sakae Krang. Elle se jette dans le fleuve Chao Phraya à un kilomètre au sud.

Rivière Sakae Krang devant le temple

Dans cette zone, l’Ubosot et le Viharn sont toujours debout, mais ce dernier est dorénavant recouvert par une structure plus large.

Quant à l’Ubosot, on peut admirer ses fresques extérieures.

Façade de l’Ubosot historique

Dans cette zone se trouve également le Montop Kaeo (มณฑปแก้ว), soit le Montop de verre. À l’instar du Viharn du même nom, il est recouvert de morceaux de miroirs. Il héberge un bouddha réalisé dans le style sukhothaï.

Montop de verre

Coordonnées GPS : N 15°19’57 E100°4’22

Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดหนองพลวง