Wat Klang Nakhon Phanom วัดกลาง นครพนม

Dans la série des monastères bordant le fleuve Mékong à Nakhon Phanom, le Wat Klang, soit le temple du centre, est situé exactement entre le Wat Okat (วัดโอกาส) et le Wat Mahathat (วัดมหาธาตุ), les deux plus importants.

Le fleuve Mékong à Nakhon Phanom

Le Mékong devant le Wat Klang

Malgré ces deux célèbres voisins, le Wat Klang, dont les origines remontent à plus de trois siècles, reste un lieu de culte à voir, essentiellement pour ses deux statues sacrées.

La première est placée dans l’Ubosot, à droite dès l’entrée. A l’intérieur, des colonnes dorées dirigent votre regard vers ce fameux bouddha sacré, au regard fier et droit, nommé Phra Ong Tue (พระ​องค์​ตื้อ​), ou Luang Pu Tue (หลวง​ปู่​ตื้อ​).

Imposant, de style Lan Xang, ses origines remontent à l’année précédant la Révolution française, c’est à dire 1788.

Wat Klang Nakhon Phanom

L’Ubosot

พระองค์ตื้อ

Le bouddha sacré nommé Phra Ong Tue (พระองค์ตื้อ)

Le fleuve Mékong

La vue sur le fleuve depuis l’Ubosot

La seconde statue sacrée

La seconde statue sacrée du Wat Klang est placée dans un Montop, en face de la salle d’ordination. Si Luang Pu Tue représente le Bouddha historique, la statue principale dans ce Montop est quant à elle l’effigie d’un moine, appelé Phra Sangkachai en Thaïlande (พระ​สังกัจจายน์).

Si quatre statues aux traits similaires sont placées dans cette pièce, la plus sacrée elle celle au centre, tout en haut. Elle fut sculptée la même année que Luang Pu Tue.

Wat Klang Nakhon Phanom

Les statues du Montop

Phra Sangkachai (พระสังกัจจายน์)

Phra Sangkachai (พระสังกัจจายน์)

Cette statue représente ainsi Phra Sangkachai. Ce moine, dont la légende veut qu’il ait été un disciple direct du Bouddha, est connu pour son embonpoint.

Ayant intentionnellement prit du poids, ou par magie selon les versions, afin de s’enlaidir et se consacrer à sa vie monastique en paix, sans faire de l’ombre au Bouddha, il est ainsi admiré pour son dévouement au bouddhisme.

Phra Sangkachai est à ne pas confondre avec Budai, un personnage tout aussi corpulent mais qui vient plutôt du monde chinois. Il se retrouve d’ailleurs, le plus souvent, dans les sanctuaires ou temples chinois en Thaïlande.

Par ailleurs, s’il est connu sous le nom de Phra Sangkachai en Thaïlande depuis les débuts de l’ère Rattanakosin, ce bonze est également connu sous plusieurs noms, tels Gavampati ou Kaccāyana.

Si le sujet vous intéresse, je ne peux que vous conseiller de lire la thèse sur ce bhikku, en français, de François Lagirarde, ou bien certains de ces textes sur le sujet.1

Coordonnées GPS: N 17°23’37 E104°47’31

  1. La thèse de François Lagirarde s’intitule “Gavampati-Kaccāyana, le culte et la légende du moine ventripotent dans le bouddhisme des Thaïs”
Temples à découvrir

Commentaires

*

วัดไตรภูมิ ท่าอุเทนวัดพระธาตุท่าอุเทน