Le monastère des femmes

À Nakhon Pathom, près des vestiges du Wat Phra Prathon Chedi (วัดพระประโทณเจดีย์), le Wat Songtham Kanlayani (วัตรทรงธรรมกัลยาณี) est un monastère bouddhiste peu ordinaire.

Vous n’y trouverez en effet pas d’hommes mais uniquement des religieuses.

Non pas des Mae Chi (แม่ชี), ces religieuses à la robe blanche, mais de véritables moniales portant l’habit monastique oranger. Elles sont des Bhikkuni, ou Phiksuni (ภิกษุณี) en thaïlandais

Une reconnaissance attendue

Au temps du Bouddha, les femmes pouvaient devenir moine mais elles possédaient un statut inférieur à celui des moines hommes. À la suite du décès du Bouddha, cette tradition se fragilisa puis périclita quelques siècles plus tard.

En Thaïlande, ces moniales ne sont donc pas reconnues et leur monastère n’appartient pas officiellement à la congrégation religieuse.

D’ailleurs, si vous lisez le nom du monastère dans l’alphabet thaï, le premier mot se prononce Wat mais ne s’écrit pas de la même manière que les temples officiels. Wat (วัด) pour un monastère d’hommes est devenu Wat (วัต).

Chatsumarn Kabilsingh (ฉัตรสุมาลย์ กบิลสิงห์) est la première thaïlandaise à avoir reçu l’ordination bouddhique au Sri Lanka, en 2003. Elle est dorénavant connue sous son nom religieux : Thammanantha (ธัมมนันทา).

Ancienne professeure d’université, elle a fondé et dirige ce premier monastère féminin.

S’efforçant de faire changer les mentalités, son objectif vise à régénérer l’ordre monastique des femmes et être pleinement accepté dans le paysage bouddhique national.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur leur mode de vie, leur conviction ou leur histoire, vous serez les bienvenus au Wat Songtham Kanlayani.

Bon à savoir, si les moines doivent observer 227 règles, les moniales doivent quant à elle en respecter une centaine supplémentaire, soit plus de 300 !

Un temple peu ordinaire

D’un point de vue organisationnel et architectural, ce temple ne ressemble à aucun autre. Par exemple, un Viharn à l’architecture singulière abrite un bouddha bleuté, dit le bouddha de médecine.

bouddha de médecine

bouddha de médecine

Au troisième étage du pavillon central, une salle sert de lieu de prières et de méditation.

Sur l’autel, les treize statues représentent des arhant femmes (อรหันต์), c’est-à-dire des moniales éveillées à l’époque du Bouddha.

Wat Songtham Kanlayani

Effigies des arhants

Ces statues furent offertes au Wat Songtham Kanlayani par un moine qui n’avait plus le droit de prier devant des effigies de femmes, même si elles sont pourtant mentionnées dans les textes religieux en pali.

Identifiable à sa robe plus claire, la statue centrale représente Maha Prajapati Gautami. Elle fut la tante et la mère adoptive du Bouddha, avant de devenir la première moniale de l’histoire du bouddhisme.

Coordonnées GPS : N 13°48’51 E100°5’34

Temples à découvrir

Commentaires

*

Triangle d'or