Wat Laem Makham วัดแหลมมะขาม

Sur la route de l’embarcadère où accostent les bateaux pour l’île de Koh Chang, le Wat Laem Makham peut devenir un détour original dans cette sauvage province de Trat.

Le Wat Laem Makham est en effet un temple atypique et pleins de surprises. Sur place, il y a d’abord la salle d’ordination (Ubosot), avec sa fresque extérieure présentant de manière concentrée quelques grands thèmes de la cosmologie bouddhique.

L’intérieur accueille d’autres peintures encore plus originales. Plusieurs dépeignent notamment le roi Chulalongkorn (Rama V), ou d’autres monarques de la dynastie des Chakri.

Au niveau des fenêtres, des tableaux représentent les douze animaux de l’astrologie chinoise (souris, singe, etc.), présentés dans une position debout et anthropomorphique. Poliment, ils effectuent le salut traditionnel et de respect, un Waï (ไหว้).

Wat Laem Makham

L’Ubosot et ses peintures

Peinture représentant le roi Chulalongkorn

Au premier plan, le roi Chulalongkorn

Wat Laem Makham

Les animaux de l’astrologie chinoise

Souris anthropomorphique

Tous effectuent un Waï

Plus loin dans l’enceinte du monastère, à la suite des Sala en bois, se trouve un lieu encore plus étonnant.

Un pavillon abrite en effet un sanctuaire musulman, représenté par une stèle appelée To Wali (โต๊ะ​วาลี).

Il est facile de distinguer qu’il s’agit d’un lieu sacré d’obédience musulmane par l’écriture en arabe et une photographie de la Mecque.

Ce lieu surprenant dans l’enceinte d’un temple bouddhiste m’a été indiqué par un moine du Wat Laem Makham qui veille sur les lieux.

Wat Laem Makham

To Wali (โต๊ะ​วาลี)

To Wali (โต๊ะ​วาลี), la stèle sacrée

To Wali

Coordonnées GPS: N 12°10’22 E102°27’4

Temples à découvrir

Commentaires

*

ศาลเจ้าพ่อหลักเมือง ตราด